02 72 88 39 84

Un poulailler dans mon jardin

28 nov. 2013 14:01:33

La poule a de nombreux atouts et séduit de plus en plus de familles.            

La poule a de nombreux atouts et séduit de plus en plus de familles.

ECOLOGIQUE, économique, pratique et surtout très tendance ! Un petit poulailler au fond du jardin, c’est l’assurance d’avoir des œufs frais tous les jours et un bon moyen pour recycler ses déchets alimentaires. Pour d’autres, c’est aussi l’opportunité de découvrir un nouvel animal de compagnie. La poule a la cote.

Pas si bêtes…

À Mortagne-au-Perche, Suzanne Quittemelle élève une dizaine de poules. Ses voisins sont ravis : ils peuvent profiter d’œufs frais et bio très souvent. « J’en possède onze, explique la Mortagnaise. Des poules rousses qui sont d’excellentes pondeuses et depuis cette année des petites noires que j’ai trouvées très jolies ».
Derrière sa maison, un enclos d’environ 250 m2 offre aux gallinacées un bel espace où gambader. « Je ne savais que faire de cet espace trop dur à entretenir. J’ai toujours eu des poules alors c’était idéal ». Après avoir longtemps habité Longny-au-Perche, Suzanne déménage dans cette maison située derrière l’hôpital. Et vite recrée un petit poulailler. « Chaque soir, je récupère les œufs car elles pondent tous les jours. Mais moins en hiver… Je les chouchoute en leur donnant du blé, du grain, du pain trempé et chaud le matin et parfois des pâtes cuites. »
Dès qu’elle arrive munie de son sceau bleu, les “cocottes” accourent, gourmandes et curieuses. « Elles sont loin d’être bêtes, par contre elles sont têtues. Au début, elles ne voulaient pas aller nicher dans le cabanon aménagé par mon fils. Il faut ruser, insister. »

Des races originales

Parmi le groupe, une lui tient à cœur particulièrement : Suzanne l’a vue naître, l’a élevée et aujourd’hui elle l’appelle “ma petite grand-mère”. Âgée de presque trois ans, la petite volaille boîte légèrement, conséquences de bagarres avec ses congénères.
« Je ne pourrais pas vivre sans mes poules. Je n’ai pas d’autre animal de compagnie et je n’en ai pas besoin. Quand vient le beau temps, j’ouvre l’enclos et elles gambadent autour de la maison. »
Nouvel animal de compagnie, la poule a retrouvé ses lettres de noblesse. Ses formes rondes, son œil vif, son plumage soyeux en séduisent plus d’un. Pour débuter un petit poulailler, de nombreux sites sur la toile fourmillent de conseils en tout genre. Parmi les poules conseillées, la Marans, le Sussex, la Leghorn ou encore la Gauloise. On peut aussi se tourner vers des races plus originales : la poule de soie, la Hollandaise, la batam de Pékin etc…
« Avoir un poulailler apporte beaucoup plus de bénéfices que d’inconvénients, assure Suzanne Quittemelle. On peut leur laisser des graines pour plusieurs jours. Elles grattent le sol sinon et nettoient le terrain… Il leur faut juste un cabanon pour les protéger, la nuit, du froid et surtout des renards ».

"Le percher.fr" du 26/11/13

Toutes nos actualités